CMPQ - Fr > FAQ > FAQ reader

Je présente un diabète de type II, traité avec un hypoglycémiant oral. Puis-je faire de la plongée sous-marine ?

Deux problèmes majeurs liés au diabète peuvent avoir de graves conséquences en plongée sous-marine:

  1. Un risque d'hypoglycémie. Une hypoglycémie pourra altérer de façon marquée le jugement et même souvent causer une perte de conscience. Le risque du diabète en lien avec la plongée est l'hypoglycémie. En plongée, plusieurs éléments déclencheurs pour une hypolycémie peuvent être rencontrés: exercice, froid, heures de repas modifiées.
  2. Une hypoglycémie entraînera une altération du jugement et de l'état de conscience pouvant aller jusqu'au coma. Il va sans dire qu'une perte de conscience sous l'eau signifie presqu'inévitablement la noyade.

Une incidence accrue de maladie cardio-vasculaire. Les plaques athéromateuses se développeront plus rapidement chez le sujet diabétique, et souvent la première manifestation clinique sera l'infarctus du myocarde. Une vérification de façon approfondie de la condition cardio-vasculaire s'impose donc.

Traditionnellement, tout diabétique était considéré inapte à la plongée. Dans les dernières années, différentes organisations en médecine de plongée ont réexaminé la question et une attitude moins restrictive a été adoptée. Ainsi, pour les diabétiques traités par la diète ou des hypoglycémiants oraux ne comportant pas de risque d'hypoglycémie, la plongée peut être autorisée en autant que la condition physique du candidat soit bonne. Pour ce qui est des diabétiques traités avec un hypoglycémiant oral pouvant causer hypoglycémie (glyburide ou association de 2 hypoglycémiants ) ou traités avec des injections d'insuline, des recommandations particulières ont été énoncées par des organismes européens ( UK sports diving committee) et américains (UHMS/DAN).

Les recommandations du UK sports diving committee permettent la plongée chez le diabétique qui:

  1. n'a pas eu d'hypoglycémie dans la dernière année
  2. n'a pas eu besoin d'être hospitalisé pour une complication de son diabète dans la dernière année
  3. a un contrôle adéquat  du diabète, tel que démontré par les glycémies capillaires et l'hémoglobine glyquée. De plus, le médecin doit être d'avis que le plongeur est mentalement et physiquement apte à la plongée
  4. ne démontre pas d'évidence d'atteinte des organes-cibles, c'est-à-dire : pas de microalbuminurie, pas de rétinopathie, pas de neuropathie, pas d'atteinte macro ou microvasculaire

Du côté américain, UHMS et DAN ont publié en 2005 des « guidelines » concernant le diabète et la plongée. Voici leurs recommandations:

Sélection et surveillance

  • âge de plus de 18 ans
  • délai minimal après début ou modification médication:
    • 3 mois pour un hypoglucémiant oral
    • 1 an pour insuline
  • pas d'épisode d'hypoglycémie ou hyperglycémie nécessitant intervention dans la dernière année
  • pas d'épisode d'hypoglycémie sans symptôme annonciateur
  • Hémoglobine glyquée < 9 % à l'évaluation médicale initiale et annuelle
  • Pas de complications majeures secondaires au diabète
  • Médecin doit évaluer le patient annuellement et s'assurer qu'il comprend bien sa maladie et les facteurs pouvant provoquer une hypoglycémie
  • Recherche d'une ischémie silencieuse (maladie cardiaque) pour les candidats de plus de 40 ans
  • Le candidat atteste qu'il suivra le protocole pour plongeurs avec diabète et qu'il cessera toute plongée et consultera advenant le cas d'une complication liée à son diabète lors d'activité de plongée

Type de plongée permise

  • Le plongeur doit éviter :
    • profondeur > 100 pi.
    • durée de plongée > 60 min.
    • plongée nécessitant palliers de décompression
    • environnement confiné ( pénétration d'épaves, cavernes, etc...)
    • situations qui peuvent précipiter hypoglycémie ( ex : eau froide, courant fort nécessitant effort physique accru )
  • Le copain de plongée et le Divemaster doivent être avisés de la condition et de la façon d'intervenir en cas de complication ( correction d'une hypoglycémie)
  • Le copain de plongée ne doit pas être diabétique

Contrôle de la glycémie le jour de la plongée

  • Auto-évaluation de sa condition physique générale
  • Glycémie capillaire égale ou supérieur à 8,3 mmol/L, stable ou augmentant, avant l'entrée à l'eau:
    • compléter au moins 3 mesures de glycémie capillaire avant la plongée afin de voir la tendance de la glycémie (60 min., 30 min. et immédiatement avant plongée)
    • une modification de la médication hypoglycémiante ou de l'insulinothérapie le soir précédent ou la journée de la plongée peut être nécessaire
  • Retarder la plongée si:
    • glycémie capillaire < 8,3 mmol/L
    • glycémie capillaire > 16,7 mmol/L
  • Médications de secours disponibles:
    • le plongeur doit toujours avoir avec lui du glucose oral
    • du glucagon injectable doit être disponible à la surface
  • Si hypoglycémie survient lors de plongée : le plongeur doit faire surface avec son copain, établir une flottabilité positive, ingérer glucose liquide et sortir de l'eau
  • Surveiller la glycémie capillaire fréquemment pour les 12-15 heures suivant la plongée
  • S'assurer d'une hydratation adéquate lors des journées de plongée
  • Documenter les plongées ainsi que les mesures de glycémie capillaire

Last update on 2010-07-12 by Administrateur.

Go back